Edit

Appel à Contribution

Composante Culturelle

Appel a Contribution pour l’élaboration d’un Cahier des Charges des acteurs culturels

Contexte, Cadre d’intervention et Justification du Projet

Du 22 au 24 avril, Kinshasa va accueillir le Conclave du Bassin du Congo, un rassemblement des parties prenantes locales des cinq pays forestiers d’Afrique Centrale : le Congo-Kinshasa, le Congo-Brazzaville, le Gabon, la Guinée Équatoriale et le Cameroun.

Le Conclave du Bassin du Congo est un projet de l’Ambassade des Etats-Unis à Kinshasa avec un financement fourni par le gouvernement des Etats-Unis et administré par l’ONG KONGO RIVER. Kongo River organisera la composante culturelle dudit conclave à Kinshasa et à Kisangani tandis que GUK s’occupera de la partie scientifique et la logistique liée au pré́-conclave dans 5 pays ciblés et le conclave lui-même à Kinshasa,

Connu comme le « deuxième poumon du monde », le bassin du Congo, qui s’étend sur plus de 500 millions d’acres, est la deuxième plus grande forêt tropicale du monde. Ses arbres absorbent quelque 1,2 milliard de tonnes de dioxyde de carbone chaque année et abritent 30 milliards de tonnes métriques de carbone, soit l’équivalent de trois années d’émissions mondiales de combustibles fossiles ou de 20 années d’émissions de gaz à effet de serre aux États- Unis.

La forêt tropicale du Congo est connue pour son extraordinaire biodiversité, comprenant des millions d’espèces endémiques différentes. Il abrite plus de 75 millions de personnes appartenant à plus de 150 groupes ethniques distincts.

Le bassin du Congo et ses habitants sont de plus en plus menacés : l’agriculture itinérante sur brûlis, l’urbanisation, la croissance démographique rapide, la production de charbon de bois, la déforestation, l’exploitation forestière et minière illégale, le commerce de la viande de brousse et le changement climatique contribuent tous à la dégradation de l’environnement.

Approche méthodologique de la composante culturelle

Le présent appel à contribution est conçu pour permettre à des acteurs et des opérateurs culturels de tous les horizons, des ressortissants aussi bien de la région prioritaire que de l’ensemble des pays du Bassin du Congo, du continent africain comme de la diaspora, ainsi que ceux des autres régions des forêts tropicales de la planète, de participer à la formulation d’un cahier des charges au titre de parties prenantes travaillant à la préservation du bassin du Congo et au soutien des opportunités économiques pour les collectivités locales.

En substance, il s’agit de proposer des idées, des approches, des connaissances, des pratiques, des expériences, et des projets qui valorisent la culture et la positionnent comme vecteur de choix et de proximité pour la promotion de l’écoresponsabilité communautaire et pour la production et la mise en œuvre des solutions opérationnelles pour la protection des écosystèmes naturels et des peuples autochtones, et l’amélioration de la qualité de la vie des communautés locales. Une synthèse de ces contributions constituera l’essentiel des matériaux de travail lors d’un atelier de réflexion de 2 jours qui rassemblera 30 acteurs culturels à Kinshasa en prévision du Conclave, et dont la finalité consistera en l’élaboration du cahier de charge culturel de la composante à présenter au conclave.

Qui peut participer ?

Tout opérateur culturel ou artiste intéressé par la protection des écosystèmes du bassin du Congo et l’intégration de la Culture comme moyen de promotion de l’écoresponsabilité en vue du développement durable des communautés locales.
Les candidats doivent résider soit à Kinshasa, soit à Kisangani.

Quels avantages les participants tirent-t-ils de leur participation a cet appel a contribution ?

Les participants à cet appel bénéficieront d’avantages significatifs en participant à l’événement. Les principaux avantages comprennent :

  •  Opportunités de réseautage : les participants auront la chance de se connecter avec un large éventail d’acteurs, d’entrepreneurs et d’opérateurs culturels de la région du bassin du Congo, de l’Afrique et d’autres continents, offrant ainsi des opportunités sans précédent de réseautage et de formation de partenariats stratégiques.
  •  Accès aux initiatives nouvelles et aux nouvelles tendances culturelles émergentes : pour les entrepreneurs culturels, l’événement offre une plate-forme pour présenter des projets innovants à des créateurs culturels potentiels, ouvrant ainsi la porte à des opportunités de partenariats, de mentorat et de collaboration.
  •  Échange de connaissances : l’événement se présente comme un forum d’experts et de pratiquants, permettant aux participants d’avoir un aperçu des différentes approches, pratiques et succès stories dans le secteur de la culture au service de la protection de l’environnement et du développement socioéconomique des communautés locales.
  •  Visibilité et reconnaissance : La participation à une activité d’un événement aussi significatif au niveau régional améliore la visibilité et la reconnaissance dans le domaine de la culture, de l’art et des patrimoines, ce qui peut être crucial pour le développement des entreprises culturelles émergentes et la promotion des innovateurs.
  • Collaboration avec les acteurs du monde de la conservation et des opérateurs socioéconomiques : l’événement constitue une facilitation à l’interaction multisectorielle, tout en fournissant un aperçu des liens historico-culturels entre les communautés du bassin du Congo, constitutif d’un ensemble de valeurs et de patrimoines à promouvoir.
  •  Développement des compétences : à travers les échanges interactifs, les entrepreneurs et les professionnels des arts et de la culture peuvent bénéficier d’opportunités personnalisées d’accès à des mécanismes de renforcement des compétences et d’exposition à de nouvelles idées et technologies, qui peuvent jouer un rôle déterminant dans la conduite de leurs stratégies d’approche.
  • Contribuer au développement durable : par leurs interventions, les participants se mobilisent en contribuant à façonner une démarche culturelle intégrée qui promeut l’atteinte d’un objectif plus large du développement durable, respectueuse de l’environnement et économiquement viable au profit des communautés riveraines.
  •  Dans l’ensemble, la composante culturelle du conclave offre une plateforme de contact, d’échanges, de collaboration et d’enrichissement culturel et artistique, ce qui en fait un événement inestimable pour toute personne impliquée ou intéressée par la protection et la valorisation des écosystèmes naturels du bassin du Congo et l’intérêt de la culture en tant que vecteur de l’éco-responsabilité dans le développement durable. Les projets intéressants pourront bénéficier des financements.

Quelles informations fournir pour participer

Les participants devront fournir leurs profils, numéros de téléphone et adresse mail, ainsi que leur ville et pays de résidence. Ces informations doivent accompagner le message proprement dit à partager à titre de contribution qui peut être une idée, une expérience, un projet, une réflexion, ou un document (pas plus de 3 paragraphes)

Période

L’appel à contribution débutera le lundi 18 mars 2024 et se clôturera le vendredi 29 mars 2024, à 23h59, heure de Kinshasa en République démocratique du Congo.

Remplissez ce Formulaire

Le Conclave Régional du Bassin du Congo est un projet de l’ambassade des États-Unis à Kinshasa ciblant cinq pays de la région à savoir la République Démocratique du Congo, le Congo Brazzaville, le Gabon, le Cameroun et la Guinée Equatoriale.

Accessibilités

  • Contexte, Cadre d’intervention et Justification du Projet
  • Approche méthodologique de la composante culturelle
  • Qui peut participer ?
  • Quels avantages les participants tirent-t-ils de leur participation a cet appel a contribution ?
  • Quelles informations fournir pour participer
  • Période